#1Jeune1Solution

Divers | 19 novembre 2020

[A partager pour les jeunes]
🔴 https://www.1jeune1solution.gouv.fr

Si vous avez entre 16 et 30 ans :

Vous pouvez vous connecter à 1jeune1solution.gouv.fr, plateforme sur laquelle vous pourrez trouver des offres adaptées à vos besoins (contrats d’apprentissage ou de professionnalisation, jobs saisonniers, CDD, CDI), ainsi que des informations sur vos possibilités de formation, d’orientation, ou de services civiques.


La plateforme est lancée aujourd’hui recouvre déjà des offres pour Strasbourg et ses alentours.


Si vous êtes entrepreneur :

Vous pouvez également vous connecter pour diffuser vos offres, et trouver de l’information sur tous les dispositifs d’aide à l’embauche des jeunes.
750 000 jeunes sont arrivés sur le marché du travail en septembre 2020, d’autres, encore en étude, sont pénalisés car leurs jobs d’étudiants sont compromis par la situation sanitaire.


[#1Jeune1Solution]

Explication de l’article 24 de la loi sécurité globale

La loi en concret | 17 novembre 2020

Vous êtes nombreux à m’interpeller sur la loi sécurité globale, et plus particulièrement sur son article 24.

J’entends qu’il serait interdit de filmer les policiers ou que les forces de l’ordre pourraient sanctionner les personnes diffusant des vidéos d’eux.

Pour vous répondre, j’aimerai me baser sur le texte de loi, ni plus, ni moins, et vous propose cette vidéo d’explication.

Pourra-t-on diffuser :

– l’image d’un policier dans une manifestation ou lors d’une interpellation d’un individu ? OUI

– l’image d’un policier en dénonçant sa méthode d’intervention ? OUI

– l’image d’un policier qui selon le commentateur exerce illégitimement la violence ? OUI

– l’image d’un policier en commentant « je n’aime pas la police » ou encore « nous sommes dans un Etat totalitaire » ? OUI

– l’image d’un policier en appelant à s’en prendre directement à sa personne ? NON

Covid-19 : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse du Premier ministre

Coronavirus | 13 novembre 2020

À l’occasion d’une conférence de presse tenue jeudi 12 novembre, le Premier ministre Jean Castex a rappelé que la France affrontait une deuxième vague épidémique extrêmement forte, touchant tout aussi durement l’ensemble de nos voisins européens.

Un impact sanitaire très lourd

  • Plus de 10 000 décès supplémentaires de la Covid-19 : au cours de la dernière semaine, entre 400 et 500 personnes sont mortes chaque jour du virus. Cela veut dire qu’aujourd’hui en France, 1 décès sur 4 est dû au Coronavirus.
  • La pression sur notre système hospitalier s’est fortement accrue et met nos soignants dans une tension extrême avec :

– 95 % de nos capacités normales de lits de réanimation hors crise.
– 1 hospitalisation toutes les 30 secondes.
– 1 admission en réanimation toutes les 3 minutes.
– 40 % des personnes admises en réanimation ont moins de 65 ans.

  • Au cours des deux dernières semaines, nous avons équipé 1.360 lits supplémentaires afin de pouvoir accueillir plus de malades Covid mais aussi d’autres malades. Nous pourrons monter cette capacité de soins à 10.400 lits, si nécessaire.
  • Le Premier ministre a tenu à saluer nos établissements de santé qui s’adaptent en permanence pour accueillir tous les patients tout en rappelant que tout lit supplémentaire consacré au Covid vient réduire notre capacité à prendre en charge d’autres malades.

Bilan de la mise en œuvre des mesures de confinement

Depuis le 30 octobre, nous avons mis en place un confinement adapté, qui cherche à limiter au maximum tous les déplacements non essentiels, mais qui préserve l’éducation de nos enfants et limite autant que possible ses impacts sur l’emploi et l’économie.

  • Baisse de la fréquentation des moyens de transport : -69% dans le métro à Paris, réseau aérien domestique à 10% de ses capacités normales.
  • Ces chiffres s’expliquent par la limitation des déplacements non professionnels mais aussi par un recours accru au télétravail qui a fortement progressé au cours des deux dernières semaines : 45 % des salariés privés ont télétravaillé au cours de la semaine écoulée, pour une durée moyenne de 3,7 jours dans la semaine.
  • Ce recours accru au télétravail accompagne une stratégie de confinement qui place la sécurité sanitaire au premier plan tout en essayant de préserver l’activité économique, et donc l’emploi. Selon la Banque de France, l’activité économique pourrait baisser de 12 % en novembre (trois fois moins qu’au printemps dernier).

Impact du confinement sur l’épidémie

  • L’évolution du nombre de nouvelles contaminations s’est clairement ralentie depuis une semaine. En moyenne sur 7 jours, nous observons une baisse de l’ordre de 16 %.
  • Cette évolution doit être interprétée de manière positive mais prudente car cette tendance est récente et que ne voyons pas encore l’impact de cette évolution sur les hospitalisations

Le Premier ministre en a tiré trois conclusions :

  • Première conclusion : il serait irresponsable de lever ou même d’alléger le dispositif dès maintenant : les règles du confinement seront maintenues inchangées, au moins pour les quinze prochains jours. Les commerces fermés au titre du confinement le resteront donc encore pour quinze jours supplémentaires.
  • Deuxième conclusion : nous devons évidemment apporter un soutien économique massif à tous les commerces et toutes les entreprises qui ont été contraintes de fermer.

Ils se traduiront par :

– Le versement des premières aides financières, au titre de l’activité partielle ou du fonds de solidarité de 10.000 euros par mois d’ici à la fin de novembre. L’objectif est de sauver les petits commerces à l’issue de cette crise.
– Un soutien aux salariés par la prolongation des dispositifs de chômage partiel.
– Faire en sorte que les demandeurs d’emploi qui arrivent en fin de droits ne basculent pas dans la précarité. La ministre du travail a proposé aux partenaires sociaux (réunion jeudi 12 novembre) de reconduire le dispositif de prolongation exceptionnelle des droits à l’assurance chômage pour les chômeurs en fin de droit, le temps du confinement.
– Une attention à la situation d’isolement des plus jeunes, et en particulier des étudiants, dont les établissements n’assurent plus leurs enseignements, sauf exception, qu’en distanciel. Dans les prochains jours, les 800 cités universitaires de France vont disposer de deux référents étudiants en renfort du travail des services des CROUS, notamment pour accompagner les étudiants de 1ère année et les étudiants les plus en difficulté  : près de 1.600 emplois étudiants en novembre, décembre et janvier. 
– Le déploiement massif du plan « un jeune, une solution » qui mobilise une part importante des crédits du plan de relance.

  • Troisième conclusion : l’enjeu des prochaines semaines sera de ne pas relâcher nos efforts. Depuis le 30 octobre, les forces de police et de gendarmerie ont procédé à près de 581.000 contrôles, qui ont donné lieu à 88.455 verbalisations.

Constance et cohérence dans l’action

Il est important que nous puissions donner de la visibilité aux Français sur ce qui peut se passer au cours des prochaines semaines.

Deux types d’indicateurs seront surveillés :

  • Un indicateur de circulation du virus : c’est le nombre de cas par jour que nous calculons sur la moyenne des 7 derniers jours.
  • Un indicateur de pression sur le système hospitalier : c’est le nombre de patients Covid en réanimation.

Depuis une semaine, le nombre de cas positifs s’infléchit (tendance à la baisse autour de 16 % sur la dernière semaine).

  • Si la semaine prochaine, cette tendance ne se confirmait pas et que le nombre de patients Covid en réanimation devait continuer d’augmenter, alors nous serions amenés à prendre des mesures supplémentaires afin d’arrêter la vague. 
  • À l’inverse, si la tendance observée ces derniers jours se confirme, nous pensons que le pic de la 2ème vague pourrait être atteint pour nos hôpitaux en début de semaine prochaine.
  • Si l’observation des chiffres des prochaines semaines confirmait que nous restons bien en ligne avec cette perspective, des premières mesures d’allègement pourraient intervenir à compter du 1er décembre, strictement limitées aux produits et commerces de première nécessité, sur la base d’un protocole renforcé concerté avec les professionnels, et soumis aux instances scientifiques.
  • Cette première étape ne pourra pas concerner d’autres établissements recevant du public où les risques de contamination sont par nature plus élevés, comme par exemple les bars, les restaurants et les salles de sport.

Mobilisation totale

  • Grâce à la mobilisation immédiate, de tous, l’objectif est de pouvoir permettre un nouvel allègement au moment des vacances de Noël, afin que les nous puissions passer les fêtes de fin d’année en famille, dans la sérénité.

Mesures de soutien aux entreprises et indépendants

En circonscription | 12 novembre 2020

Cette nouvelle période de confinement entraine de nombreuses difficultés pour nos entreprises. En tant qu’entrepreneur et indépendant, des mesures de soutien sont mises en place pour vous soutenir :

➡️ Les mesures d’accompagnement pour numériser votre entreprise et développer votre activité en ligne et profiter du dispositif « Clique mon Commerce » : https://www.clique-mon-commerce.gouv.fr/?fbclid=IwAR2cCKZfB7rIY0AtmA0qf3cdZ_FFbdZrMtvOzZz2il4s-qD1YCSd0aqH9qY

➡️ Ce dispositif mis en place par le gouvernement vous permet de vérifier à quelle mesure de soutien vous avez droit, de trouver l’interlocuteur dont vous avez besoin : https://info-entreprises-covid19.economie.gouv.fr/kb/fr

➡️ Retrouvez par ailleurs ci-dessous un document qui contient les questions d’entrepreneurs les plus souvent posées, et des réponses documentées par le service public.

Pas un euro aux pays qui ne respectent pas l’Etat de droit

Prises de parole | 6 novembre 2020

Le principe de l’Europe politique est la solidarité entre ses peuples et États.


Qui plus est, répondre à une exigence de solidarité est dans l’intérêt national de tous les Etats membres et dans l’intérêt commun de l’Union.


Mais pas à n’importe quel prix, ni dans n’importe quelles conditions.

L’Union Européenne n’est pas une machine à cash pour démocraties illibérales.


Certains pays jouent pourtant un double jeu. Ou plus précisément, certains dirigeants populistes en Hongrie et en Pologne, bénéficient de fonds européens pour développer et relancer l’économie de leur pays, tout en désignant l’Union Européenne comme l’ennemie.


Le tout, en remettant en cause l’état de droit, la liberté de la presse, la séparation des pouvoirs, les droits des femmes et homosexuels, l’indépendance de la justice, valeurs fondatrices de l’Union européenne.


Ce jeudi 5 novembre, un accord provisoire entre le Parlement européen et les États a été trouvé, pour développer un mécanisme conditionnant le versement de fonds européens au respect de l’Etat de droit.

Autrement dit, pas un euro ne sera donné aux pays qui ne respectent pas l’Etat de droit.


Ce mécanisme deviendra, je l’espère, un élément primordial du budget pluriannuel et du plan de relance européen.


C’est une grande avancée de pouvoir mettre en cohérence les valeurs de démocratie avec le fonctionnement concret, politique et démocratique de l’Union Européenne.

15 propositions pour le numérique éducatif de demain

Divers | 4 novembre 2020

Confinement : quelles modalités ?

Coronavirus | 29 octobre 2020

  • Le confinement a été annoncé jusqu’au 1er décembre.
  • Un point sera fait mi-novembre pour évaluer la situation.

“Nous vivons une situation hors du commun. La solution est entre les mains de chacun d’entre nous (…) Le gouvernement et les services de l’État sont pleinement mobilisés de même que les élus locaux. Nous devons êtres soudés et c’est ensemble que nous surmonterons cette épreuve !”

Jean CASTEX, Premier Ministre

LA SITUATION SANITAIRE

L’accélération de la circulation du virus frappe la France comme toute l’Europe​. En France, toutes nos régions et toutes les catégories d’âge sont touchées.

Notre objectif est de protéger la santé de nos concitoyens en cassant la spirale épidémique​. C’est pour cela que le confinement a été annoncé pour l’ensemble du territoire, hormis les territoires d’Outre-mer.

Le nombre de lits en réanimation est progressivement augmenté, ce qui nécessite parfois de déprogrammer des soins de médecine ou de chirurgie non liés au coronavirus.

Sont privilégiées les prises en charge pour les maladies chroniques, les cancers, les activités de greffe, les soins aux personnes atteintes de handicap, les troubles psychiatriques.

7 000 soignants ont été formés cet été aux techniques de réanimation.

1000 soignants se sont inscrits sur des plateformes en renforts.

2 millions de test PCR sont réalisés chaque semaine.

Le plan blanc est déclenché à l’échelle nationale.

LES DÉPLACEMENTS

Les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants :

Il sera possible de sortir de son domicile avec une attestation dérogatoire pour :

  • Faire ses courses.
  • Se rendre ou revenir de son lieu de travail, hors télétravail.
  • Un motif médical.
  • Des motifs familiaux impérieux (assistance aux personnes vulnérables ou précaires).
  • Une convocation administrative ou judiciaire.
  • La participation à une mission d’intérêt général.
  • Un déplacement d’une heure maximum pour une activité physique individuelle et deplein air, pour une simple balade, promener un animal dans un rayon d’un kilomètre.

Des autorisations supplémentaires sont prévues par rapport à mars pour :

  • Accompagner un enfant à l’école.
  • Se rendre dans un service public (CAF, Assurance maladie, Pôle emploi,…)
  • Aller dans un bureau de poste et une agence bancaire, qui resteront ouverts.
  • Passer des examens ou concours, qui resteront possibles.

Pour faciliter la vie quotidienne, deux attestations permanentes ont été prévues :

  • Par l’employeur.
  • Par l’établissement scolaire.

Elles sont disponibles au téléchargement ICI

Les agents de la fonction publique ou les indépendants pourront présenter leur justificatifs professionnels.

En cas de ​non respect du confinement,​ une ​amende de 135 euros​ sera appliquée.

Concernant nos frontières :

  • À l’intérieur de l’Union européenne, elles resteront ouvertes.
  • À l’extérieur de l’UE, elles seront fermées, sauf pour les ressortissants ou résidents français rentrant de l’étranger avec un test réalisé 72h à l’avance. Sinon, un test à l’arrivée leur sera imposé.

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

Concernant les établissements recevant du public :

❌ Restaurants, bars, salles de spectacles, de sport, salles polyvalentes et cinémas seront fermés.

❌ Tous les rassemblements publics seront interdits sauf les manifestations déclarées.

Les dérogations seront les mêmes qu’au printemps.

✅ Les commerces de gros destinés à l’approvisionnement de professionnels serontouverts.

✅ Les crèches et établissements scolaires (primaire, collège, lycée) seront ouverts.

✅ Les hôtels, qui peuvent garder une petite activité pour les déplacements professionnels, seront ouverts mais pas leurs restaurants. Seul le room-service sera disponible.

✅ Les transports en commun continueront de fonctionner.

Les commerces fermés administrativement pourront continuer de travailler pour les livraisons et le retrait des commandes.​ 

Les lieux de cultes resteront ouverts​,
❌ mais pas les cérémonies religieuses, sauf pour les enterrements ou mariages. Une tolérance est prévue pour la Toussaint.

Une liste exhaustive est à retrouver sur le site du ministère de l’Intérieur.

LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES

✅ Les écoles primaires, les collèges et les lycées resteront ouverts.

“Nous avons le devoir de maintenir notre école.”

Jean-Michel BLANQUER

Depuis septembre et l’application du protocole sanitaire, peu de contaminations ont été constatées en milieu scolaire. ​Nous continuerons à fermer les espaces nécessaires en cas de contaminations, et nous appliquerons la continuité pédagogique avec l’enseignement à distance.

Les protocoles seront renforcés​ :

  • Port du masque pour tous les élèves dès 6 ans​ pour prévenir tout risque de contagiosité. Des masques seront prévus en cas d’oubli ou de difficulté économique des familles.

● Dans les lycées​, la souplesse sera accordée aux chefs d’établissement pour l’application du protocole (enseignements à distance,…)

Pour éviter le brassage​ :

  • Organisation des arrivées et départs des élèves.
  • Limitation de la circulation des élèves dans les bâtiments (une salle attribuée à chaque classe).
  • Récréations organisées par groupes ou temps de pause en classe.
  • Restauration maintenue en veillant à espacer les élèves d’un mètre les uns des autres.
  • Aération et ventilation + désinfection des salles de classe.
  • Vigilance accrue sur les gestes barrières et la distanciation physique.

Ce protocole s’applique également pour l’activité périscolaire.

UNIVERSITÉ ET ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Pour les universités et l’enseignement supérieur​ : la règle sera le distanciel avec des cours en ligne, hors travaux pratiques.

  • Les examens et concours se poursuivront.
  • Les restaurants universitaires seront ouverts mais uniquement pour des repas à emporter.
  • Les bibliothèques universitaires seront ouvertes sur RDV, avec une jauge prévue.
  • Pour la recherche, il faudra favoriser le télétravail.

EN MILIEU PROFESSIONNEL

Dans le milieu professionnel,​ toutes les entreprises ne seront pas fermées administrativement. Certaines doivent continuer à fonctionner le plus normalement possible.

Dans la culture et le sport​, il sera possible de continuer le travail préparatoire (répétition, tournage, entraînements).

Le télétravail ​sera la règle partout où c’est possible.

Le télétravail est une obligation inscrite dans le protocole national en entreprise avec 3 possibilités :

  • Toutes les tâches en télétravail 5 jours sur 5.
  • -Si toutes les tâches ne peuvent pas être faites à distance, il sera possible de se rendre ponctuellement sur le lieu de travail. Les déplacements devront être limités.
  • Si l’activité n’est pas possible à distance, il sera nécessaire de disposer d’une attestation. L’employeur doit aménager une heure d’arrivée et de départ à ses salariés.

❌ Pas de moment de convivialité en entreprise.

Le protocole est disponible sur le site du ministère du Travail

L’activité se poursuivra dans de nombreux secteurs. Pour les secteurs impactés par la crise fermés administrativement, ils bénéficient de l’act partielle avec un reste à charge nul. Pour les autres : activité partielle à 84%.

LES MESURES DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES

“Les entreprises ont besoin de notre soutien total : financier et moral. Ce soutien leur est acquis. La cellule de continuité économique est remise en place.”

Bruno Le Maire

L’État a déployé des mesures de soutien exceptionnels​ :

● Fonds de solidarité​ : il sera réactivé pour toutes les entreprises sans exception et pour toute la durée du confinement pour couvrir tous les cas de figure.

En cas de fermeture administrative, l’indemnisation ira jusqu’à 10.000 euros pour les entreprises jusqu’à 50 salariés, quel que soit le secteur.

Pour le tourisme, l’événementiel, la culture et la sport même si les structures ne ferment pas : avec une perte de chiffre d’affaires de 50%, elles bénéficieront de l’indemnisation de 10 000 euros.

Toutes les autres entreprises qui restent ouvertes : avec moins de 50 salariés et une perte de chiffre d’affaires de 50%, l’indemnisation sera de 1500 euros par mois.

  • Reconduction de l’activité partielle indemnisée.
  • Exonération et report de cotisations sociales ​:
    • En cas de fermeture administrative : exonération totale des cotisations sociales.
    • Pour le tourisme, l’événementiel, la culture et la sport : si la perte de CA est de 50%, l’exonération sera totale.
    • Pour les travailleurs indépendants : les prélèvements seront suspendus sans démarche à faire. En cas de fermeture, l’exonération sera totale. Pour ceux qui ont demandé des étalements de paiements, une remise au cas par cas sera possible s’il y a de graves difficultés financières.
  • Prêts garantis par l’État et prêts directs par l’État​ :
  • Les entreprises pourront contracter des prêts jusqu’au 30 juin 2021, avec unétalement jusqu’à 5 ans (taux entre 1 et 2,5% maximum).
  • Pour les entreprises qui ne peuvent pas rembourser leur prêt, elles bénéficieront d’un an supplémentaire.
  • Pour les prêts directs, les entreprises qui n’ont aucune solution de trésorerie, undemi-milliard d’euros a été provisionné. Il représentera jusqu’à 10.000 euros pour les entreprises de moins de 10 salariés et 50.000 euros pour les entreprises entre 10 et 50 salariés.
  • Prise en charge des loyers​ des entreprises : dès le PLF, un crédit d’impôt a été décidé pour inciter les bailleurs à annuler leur loyers d’au moins un mois pour les entreprises de moins de 250 salariés fermées administrativement ou les secteurs du tourisme, de l’événementiel, de la culture et du sport. Cette aide est cumulable avec le fonds de solidarité.
  • Accélérer la numérisation des commerçants et artisans​ : nous apporterons des moyens financiers pour inciter ces comportements qui vont dans le bon sens. Pour les concessions automobiles, les clients pourront venir chercher sur RDV leur nouveau véhicule

● Dans le BTP, les protocoles doivent être appliqués​. Les magasins de matériaux et outillages restent ouverts. Dans les mairies, des guichets devront rester ouverts pour accueillir les demandes de permis de construire par exemple.

– Secteur industriel​ : les bureaux d’étude devront rester ouverts.

“L’économie française a des bases solides avec des capacités de rebond exceptionnelles. Nous surmonterons cette épreuve sanitaire. L’économie française est puissante, agile et volontaire.”

Bruno LE MAIRE

LE SECTEUR CULTUREL

“Nous pensons tous aux artistes, auteurs, techniciens, organisateurs d’événements, du commerce culturel. Je sais quel coup de tonnerre ce confinement représente !”

Roselyne BACHELOT
  • Les mesures transversales bénéficient également à la culture : aide aux loyers, fonds de solidarité, etc.
  • La plupart des établissements seront fermés.
  • Certaines activités peuvent continuer si elles se font sans public :
    • Tournages, répétitions, enregistrements, captations d’oeuvres, chantiers, préparation d’expositions.
  • Les marchands de journaux resteront ouverts.
  • Pour les librairies et disquaires, les livraisons et le “click and collect” seront possibles. Ils bénéficieront d’aides aux loyers.
  • Pour les bibliothèques : la livraison sur place sera possible.

Retrouvez toutes les informations sur www.gouvernements.fr

page6image8868112

Nous ne céderons rien

Prises de parole | 29 octobre 2020

Nous savons que les gens n’attendent plus ni minute de silence ni condoléances, mais c’est justement parce qu’il faut rester humain, malgré ceux qui nous attaquent, que le temps des condoléances est sacré.

Nous voulons ainsi dire toute notre peine aux familles et proches des victimes de l’attentat islamiste d’aujourd’hui.

C’est parce que nous n’avons rien cédé qu’ils nous attaquent.

Rien cédé sur la liberté d’expression.

Rien cédé sur la fermeture de lieux de culte où l’on ne respectait pas les lois de le République.

Rien cédé sur l’expulsion des fanatiques haineux. Rien cédé sur la lutte contre l’argent sale qui gangrène une partie de notre société.

Et nous ne céderons rien.

Nous en payons le prix. Celui de vie humaines, innocentes, sacrées.

Nous ne céderons rien pour qu’ils ne soient pas morts pour rien.

La loi protégeant les enfants qui travaillent sur internet adoptée !

Divers | 6 octobre 2020

Enfin une loi protégeant les enfants qui travaillent sur internet.

Vous me parlez régulièrement des écrans et de nos enfants, le plus souvent à propos du temps passé devant (4 heures par jour en moyenne).

Mais que se passe-t-il pour les enfants qui sont derrière ?

Derrière l’écran, il y a parfois des enfants qui travaillent et qui jusqu’à aujourd’hui n’étaient pas protégés dans leurs intérêts supérieurs : droit au consentement, à l’instruction, au repos ou encore à jouir de l’argent qu’ils auront gagné quand ils seront majeurs.

Le travail des enfants est interdit, y compris sur internet, qui n’est pas un espace de non-droit.

Depuis 1963, les enfants du spectacle (chanteurs, acteurs…) sont protégés par la loi française mais internet bouscule tout. C’est parce que notre démocratie sociale s’est construite autour de l’interdiction du travail des enfants qu’il fallait, à l’ère du numérique, réaffirmer avec force que les enfants ont des droits particuliers.

C’est chose faite avec cette loi que j’ai portée en votre nom et qui fait de la France le premier pays du monde à protéger ainsi les enfants dits « influenceurs » dont certains sont des stars qui sont l’objet d’une exposition médiatique et d’enjeux commerciaux qui devraient par ailleurs tous nous interpeller.

Proposition d’échanges sur les néo-nicotinoïdes

Divers | 28 septembre 2020

Bonjour à tous,


Le 5 octobre, l’Assemblée nationale se prononcera sur le projet de loi « Betterave » ou « néo-nicotinoïdes » selon les terminologies.
Je trouverais intéressant de pouvoir échanger avec vous à ce sujet en visio-conférence.


N’étant ni agriculteur, ni spécialiste du sujet, j’ai proposé à Thierry Agriculteur d’aujourd’hui, un Youtuber agriculteur de participer à nos échanges. L’objectif de sa chaîne est d’expliquer au grand public son métier, et l’agriculture en général.Je vous propose donc de nous retrouver jeudi 1er octobre à 18h30 pour en discuter sur Zoom.
La réunion se déroulant en ligne, le nombre de place est plus limité que d’ordinaire.


Pour participer, je vous propose de cliquer sur ce lien afin de vous inscrire : https://brunostuder876099.typeform.com/to/L8S4x6PiA bientôt,

[Seconde guerre mondiale / Malgré-nous / lettre à la présidente de France Télévisions]

En circonscription | 15 septembre 2020

Suites aux propos de l’historien Franck Ferrand, retranscrits par les Dernières Nouvelles d’Alsace – DNA du 14 septembre, à propos du terrible épisode d’Oradour-sur-Glane, du rôle des Malgré-nous, j’ai fait parvenir une lettre à la présidente de France Télévision pour lui exprimer mon incompréhensions et ma tristesse devant ces propos.

En qualifiant les Malgré-nous d’ « Alsaciens volontaires », l’historien, qui a exprimé ses regrets depuis, a prononcé des paroles déshonorantes et historiquement fausses.

Cela nous montre combien il est toujours nécessaire d’approfondir et d’entretenir la connaissance du passé. C’est la raison pour laquelle j’ai demandé qu’une émission de service public audiovisuel puisse être consacrée aux malgré-nous, pour que chacun puisse se remémorer ce qu’a pu être l’enrôlement forcé d’Alsaciens et de Mosellans pendant l’occupation.

Du respect pour nos maires.

Sécurité | 9 septembre 2020

Le maire est plus que jamais un des personnages incontournables de la démocratie, il en est même un pilier. Pour rappeler sa proximité avec ses concitoyens on dit d’ailleurs souvent de lui qu’il est « à portée d’engueulade ». 

Visiblement, certains confondent portée d’engueulade et portée d’insulte et d’agression. Selon l’Association des maires de France (AMF), 233 maires ont été agressés de janvier à juillet. C’est intolérable. Chaque agression commise contre un maire est une agression commise contre la République. 

A cet égard, je tiens à saluer le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti qui a annoncé lundi 7 septembre l’envoi d’une circulaire aux procureurs afin de mieux défendre les élus et en particulier les maires, victimes d’insultes et de violences. 

Cette circulaire, que vous retrouverez à la fin de cet article, incitera à désigner les insultes contre les maires comme des outrages au sens de l’article 433-5 du Code pénal.

Vous me demanderez, en quoi une simple qualification pourrait changer la donne ?  

C’est d’abord une question de respect de la fonction de maire. De manière générale, la qualification retenue contre l’auteur d’une insulte est le délit d’injure, qui n’est qu’une contravention de première classe, passible de 38 euros d’amende dans un cadre privé, et de 12 000 euros d’amende en public. 

Lorsqu’un policier est insulté, il n’est pas question d’injure mais d’outrage du fait qu’à travers l’individu, c’est le respect à la dignité et au respect de la fonction qui est atteint. 

Cela doit être la même chose pour un Maire. Il me parait important de leur rappeler que nous sommes à leurs côtés face à cette hausse de la violence dont ils sont victimes. A cet égard, le garde des Sceaux souhaite que les élus victimes bénéficient d’un « accueil personnalisé » et soient « systématiquement informés de façon personnalisée des suites judiciaires décidées ».

C’est ensuite un enjeu d’efficacité. Qualifier d’outrage l’insulte portée à un maire permet d’être plus dissuasif dans les sanctions, par exemple en donnant la possibilité de condamner à des travaux d’intérêt général, l’auteur d’un tel délit, ou en interdisant à l’agresseur le séjour sur le territoire de la commune.

Comme le dit notre ministre de la Justice, « c’est simple, c’est pragmatique, c’est efficace et ça va dans le bon sens ». 

Mais c’est surtout une question démocratique. Plusieurs études nous alertent sur la crise de vocation des élus, souvent du fait que la fonction d’élu parait dévalorisée. Mieux protéger les élus, c’est mieux protéger les vocations, et donc la République. 

Je vous encourage d’ailleurs, si vous en avez l’occasion, à visionner ce magnifique documentaire « La Gloire de mon Maire », dans lequel un journaliste suit le parcours de son père, Yves Fafournoux, maire depuis pendant vingt-cinq ans du village de Veyre-Monton (Puy-de-Dôme) et qui a décidé de ne pas se représenter aux municipales de 2020 (lien de replay ci-dessous).

Son témoignage nous montre l’engagement quotidien de ces hommes ou femmes qui font le choix de s’investir pour leurs concitoyens, mais aussi leurs difficultés et le besoin de les soutenir dans leurs fonctions. 

📺 Le lien vers le documentaire en replay « La Gloire de mon Maire » https://www.lcp.fr/programmes/la-gloire-de-mon-maire-15427

[brève – école inclusive, réouverture de classe de 6e et bilinguisme]

En circonscription | 4 septembre 2020

Rencontre ce matin avec le nouveau Directeur Académique du Bas-Rhin Jean-Pierre GENEVIEVE. Nous avons échangé sur la rentrée 2020 dans le département et plus particulièrement sur la circonscription.

L’occasion d’évoquer de nombreux sujets tels que mon soutien au souhait des enseignants et parents d’élèves du collège du Ried à Bischheim qui demande la réouverture d’une classe de 6ème, l’école inclusive ou encore le bilinguisme.

Infographie – comment sont dépensés les 100 milliards d’euros du plan de relance

La loi en concret | 3 septembre 2020

100 000 000 000 euros.

Je suis fier que nous ayons tiré les leçons de la crise de 2008, en proposant un plan dont le montant est presque 4 fois plus élevé, qu’il y a 12 ans, et dont les priorités sont l’environnement, la cohésion sociale et territoriale, la compétitivité et la puissance industrielle.

Le chiffre est d’un tel ordre de grandeur qu’on a du mal à se représenter concrètement comment cette somme peut être investie. Retrouvez dans mon infographie comment est répartie cette somme.

Quelques réflexions sur Charlie : « Mahomet débordé par les intégristes »

Prises de parole | 2 septembre 2020

Je me souviens des cours juste après Charlie.

Je me souviens de la question « mais c’est qui Charlie »

Je me souviens de la violence des propos « ils l’ont bien mérité »

Je me souviens du désarroi de certains de mes collègues, seuls.

Je me souviens faire en classe ce que mes élèves faisaient sur leur téléphone : aller sur Google, taper « Charlie Hebdo », trouver ce dessin, le projeter sur le tableau…

Je me souviens de leur incompréhension et de constater leur incapacité à comprendre la caricature.

Je me souviens de l’échange qui suivit et s’ils saisissaient tous le sens de cons, aucun ne fut capable de m’expliquer le sens de l’expression « débordé par les intégristes ».

Ce furent les heures les plus denses de ma carrière. Je ne sais pas s’ils s’en souviennent, moi je me souviens…

Je me souviens des jours anciens …et je pleure. #JeSuisCharlie

Jour de rentrée ✍️

Divers | 1 septembre 2020

Je souhaite une très belle rentrée scolaire à tous, enfants, parents et professeurs, avec une pensée particulière pour ceux dont c’est la toute première, et un grand merci aux personnels de l’éducation nationale et collectivités qui ont travaillé pour que nos enfants retrouvent le chemin de l’école.

Tout est fait pour que les enfants puissent apprendre et s’épanouir dans les meilleures conditions.

Continuons tous ensemble à faire le nécessaire pour que les écoles restent ouvertes. C’est la priorité des semaines à venir.

Rodéos motorisés et confiscation du véhicule

Divers | 31 août 2020

Valérie Pécresse rappelle ce matin à France Inter (accès) à juste titre que les rodéos motorisés sont une plaie pour nos concitoyens.

C’est la raison pour laquelle, je me suis engagé avec plusieurs collègues, à créer un délit spécifique à cette pratique et le sanctionner lourdement, par une loi rentrée en vigueur en août 2018.

Si je partage le constat de Mme Pécresse, je me dois d’en corriger les propos, lorsqu’elle affirme qu’«on n’a pas le droit de confisquer leur moto si [les conducteurs] ne sont pas le propriétaire».

La loi précise en effet qu’un véhicule peut être confisqué, même si le conducteur n’en est pas prioritaire dès lors que la personne a la libre circulation du véhicule. Pour plus d’information sur cette loi, je vous invite d’ailleurs à vous renseigner sur Vie Publique :

En savoir plus sur la loi « rodéos motorisés »

Les réserves de sang sont très basses, mobilisons-nous !

Santé | 28 août 2020

Les réserves de sang sont très basses, mobilisons-nous !
En France, 10 000 dons sont nécessaires chaque jour, dont 1500 rien quand notre région !


Donner son sang ne dure en moyenne que 45 minutes, dont 10 minutes pour le prélèvement. Prenons ce temps pour sauver des vies.
La liste des lieux où l’on peut donner son sang est consultable sur le site internet de l’EFS ou sur l’appli Don de sang.

https://dondesang.efs.sante.fr/trouver-une-collecte
Vous pourrez trouvez également ci-joint un test en ligne « Puis-je donner mon sang ? » http://bit.ly/puis-jedonner

Le Liban n’est pas seul

Divers | 6 août 2020


Deux énormes explosions ont dévasté Beyrouth cette semaine, tué plus de 100 personnes et blessés 4000 d’entre eux. La France se monte à la hauteur.


Voici plusieurs canaux pour venir en aide aux victimes :
➡️ La Croix Rouge Libanaise : https://www.supportlrc.app/donate/donate_guest.html
➡️ Impact Lebanon : https://www.justgiving.com/crowdfunding/lebanon-relief?utm_term=re7R78DA2
➡️ Fondation de France : https://dons.fondationdefrance.org/SOLIDARITE-LIBAN/~mon-don?_cv=1
➡️ Le Secours Populaire Français : https://don.secourspopulaire.fr/liban/~mon-don?_cv=1

Référendum pour les animaux

Divers | 22 juillet 2020


On dit souvent qu’on reconnaît le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux.

J’ai choisi d’apporter mon soutien à l’intiative citoyenne portant un référendum d’initiative partagée sur la condition des animaux, pour que des propositions sur lesquelles les français peuvent s’accorder, puissent être discutées par les parlementaires et les citoyens. 

Retrouvez ma vidéo d’explication sur le sujet : lien vidéo

➡️ Le détail de l’initiative et des propositions : 
https://referendumpourlesanimaux.fr

➡️ Le principe d’un référendum d’initiative partagée : https://www.vie-publique.fr/…/38683-le-referendum-dinitiati…