Démocratisons le sport en France

Divers | 2 mars 2021

Historiquement, on le considérait d’abord comme un moyen de former les futurs soldats. Heuresement, depuis les pouvoirs publics y ont vu un moyen d’éducation permettant de sensibiliser aux valeurs de respect, de tolérance, ainsi qu’un outil de santé publique. 

Il mérite donc d’être accessible au plus grand nombre. C’est le sens de la proposition de loi visant à « démocratiser le sport » dont je suis co-signataire qui sera examinée en mars à l’Assemblée nationale.  Ravi d’avoir échangé dans le détail avec des clubs, associations sportives et les élus en charge du sport d’Alsace. 

Comment démocratiser le sport ? D’abord en le rendant accessible au plus grand nombre. Mais la démocratie, c’est aussi la concertation entre les élus, acteurs associatifs et associations sportives. C’est aussi la démocratie dans les Fédérations sportives, et le soutien à la présence des femmes dans la pratique et la gouvernance sportives.

Si vous souhaitez accéder au document de présentation que j’ai utilisé, cliquez ici. 

Une ministre à la cité de l’Ill de la Robertsau

En circonscription | 16 février 2021

Lundi 15 février dernier, j’ai eu l’honneur d’inviter Mme Élisabeth MORENO, Ministre déléguée en charge de l’égalité des chances, aucentre socioculturel de l’Escale, pour qu’elle puisse y rencontrer les professionnels, les bénévoles et les bénéficiaires du « pôle insertion ».

L’égalité des chances est une de mes grandes priorités à travers l’accès aux soins, les moyens accordés à l’école ou encore la lutte contre les discriminations.

Vous pourrez découvrir ci-dessous quelques mesures très concrètes pour ce quartier.

ÉGALITÉ DES CHANCES À L’ÉCOLE

Depuis la rentrée 2019 les élèves de CP et de CE1 qui se trouvent en réseau d’éducation prioritaire (REP) ne sont plus que 12 par classe. C’est le cas à l’école Jean-Baptiste Schwilgué, où 120 élèves bénéficient aujourd’hui de meilleures conditions pour apprendre à lire, écrire et compter.

ÉGALITÉ D’ACCÈS AUX SOINS

La Maison urbaine de santé de la cité de l’Ill, inaugurée en janvier fait partie de la 1ère communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) du Bas-Rhin. Cette organisation en communauté de professionnels soignants a pour but de faciliter l’accès aux soins de la population du nord de l’Eurométropole de Strasbourg, et en particulier des habitants des quartiers prioritaires. C’est un des objectifs de la stratégie « ma santé 2022 » du Gouvernement qui est mis en oeuvre.

1 JEUNE 1 SOLUTION

Le plan #1jeune1solution, lancé le 23 juillet 2020, vise à offrir une solution à chaque jeune.

  • 1jeune1solution c’est de 5000 € à 8000 € d’aides exceptionnelles pour un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation
  • 1jeune1solution c’est près de 3000 offres d’emplois dans le Bas-Rhin #1jeune1solution c’est 4000 € d’aide à l’embauche d’un jeune de -26 ans
  • 1jeune1solution c’est des milliers de missions de services civiques indemnisées, pour se rendre utile tout en développant de nouvelles compétences

Géothermie/sismicité : consultation des associations d’habitants

En circonscription | 5 février 2021


🛑 Les évènements sismiques induits par la géothermie que nous avons subi ces derniers mois ont eu des conséquences sur le bâti et ont soulevés de nombreuses questions.

➡️ C’est pourquoi nous avons aujourd’hui organisé avec mon collègue Vincent Thiébaut une après-midi de consultation destinée aux associations d’habitants pour qu’ils puissent nous faire part de leurs observations, demandes et constats. 

➡️ Nous nous ferons le relai de ces éléments auprès des autorités et notamment de la Préfète du Bas-Rhin avec laquelle nous avons une réunion de travail la semaine prochaine.

➡️ Mon équipe et moi-même restons à votre disposition pour recueillir vos témoignages et vos questions par message, téléphone ou mail.


Mise à jour du 8 février 2021

Nous nous sommes fait le relai de ces éléments auprès de Mme Josiane Chevalier, Préfète de la Région Grand-Est, Préfète du Bas-Rhin, que nous avons rencontré le 8 février pour une réunion de travail sur le sujet.

Nous continuons de suivre la situation de très près.

La réponse d’Eric Dupond-Moretti à mon courrier sur les incendies de véhicules

En circonscription | 4 février 2021

Inciter à brûler une voiture n’est pas la même chose que l’incendier. Mais ce n’est pas anodin, et cela ne doit pas rester impuni.

Dans un courrier, je pointais à Éric Dupond-Moretti les difficultés juridiques à sanctionner pour complicité un individu qui incite un jeune à incendier des véhicules. Il faut en effet être en mesure de prouver que l’incitation a bien été suivie d’actes.

Dans sa réponse, notre ministre de la justice m’indique le nombre de condamnations permises par le délit de provocation, amené à être perfectionné dans le cadre du projet de loi visant à garantir les principes de la République.

Cette procédure plus rapide, permettra de faire face à l’augmentation du nombre de condamnations pour ces actes, une fois qu’elle sera inscrite la loi visant à conforter les principes de la République.

Une proposition de loi sur la maltraitance des animaux à l’Assemblée nationale

Dans l'hémicycle | 26 janvier 2021

Près d’un Français sur deux possède un animal de compagnie, ce qui suppose des devoirs, un animal n’est pas un jouet !


Renforcement des devoirs de l’acquéreur, renforcement sans sanctions à l’égard de ceux qui commettent des violences sur les animaux, en finir avec l’élevage des visons d’Amérique pour leur fourrure, interdiction à terme des animaux sauvages dans les cirques.


Retrouvez plusieurs des propositions emblématiques de ce texte ci-dessous

https://c.dna.fr/environnement/2021/01/25/la-loi-qui-veut-proteger-les-animaux

Les dispositifs d’aides aux entreprises doivent êtres adaptées aux situations particulières : ma lettre au Ministre de l’Économie et des Finances

En circonscription | 23 janvier 2021

La crise économique consécutive à la crise sanitaire que nous connaissons génère de nombreuses difficultés pour nos entrepreneurs, nos artisans, nos commerçants. Face à ces difficultés, la réponse de l’État a été immédiate avec des aides mises en place et maintenues pour les soutenir dans cette période.

Depuis plusieurs mois maintenant, j’entretiens des échanges réguliers avec les acteurs économiques de la circonscription. Ces échanges ont été l’occasion d’évaluer la pertinence des aides de l’État et m’ont permis d’identifier des réajustements nécessaires.

C’est dans ce sens que j’ai saisi le Ministre de l’Économie et des Finances pour lui faire part des situations particulières rencontrées sur le terrain et lui soumettre certaines propositions.

Où se faire vacciner dans le Bas-Rhin ?

Coronavirus | 19 janvier 2021

Certains d’entre vous m’ont demandé quelle est la procédure pour se faire vacciner. Qu’en est-il ?

Depuis ce lundi, la vaccination est ouverte (voir le détail : https://cutt.ly/ZjPwz3v)

• Aux personnes de plus de 75 ans vivant à domicile

• Aux personnes à très haut risque

• Aux résidents en EHPAD

•. Aux professionnels de santé, pompiers, ambulanciers, aides à domicile de plus de 50 ans

Pour trouver le centre de vaccination le plus proche de votre domicile et prendre rendez-vous : https://www.sante.fr/centres-vaccination-covid.html#dep-67

Vous pouvez également demander conseil à votre médecin traitant.

📌 Centre de vaccination – CENTRE HOSPITALIER DE HAGUENAU 64 Av du Professeur Rene Leriche, 67500 Haguenau – 03 88 06 31 77 –

📌 Centre de vaccination – CH d’Obernai Avenue du Maire Gillmann, 67210 Obernai – 03 88 57 56 19

📌 Centre de vaccination – CENTRE HOSPITALIER DE SAVERNE 17 Rue de la Côte, 67700 Saverne –

📌 Centre de vaccination – Clinique Saint Luc 10 Rue des Forges, 67130 Schirmeck – 03 88 21 72 70 –

📌 Centre de vaccination – Clinique Sainte Barbe 29 Rue du Faubourg National, 67000 Strasbourg – 03 88 21 72 70

📌 HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG – Centre de vaccination1 Place de l’Hôpital, 67000 Strasbourg – 03 88 11 58 40

📌 Centre de vaccination – GROUPEMENT HOSPITALIER SELESTAT OBERNAI 28 Avenue Louis Pasteur, 67600 Sélestat – 03 88 57 56 19

📌 Centre de vaccination de Wissembourg 24 Route de Weiler, 67160 Wissembourg 03 88 54 13 13

Un renforcement des moyens de la police pour assurer la sécurité des Strasbourgeois !

Sécurité | 16 janvier 2021

https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3661_proposition-loi

Je suis très satisfait par l’annonce par Gerald Darmanin de la création du QRR Hautepierre-Cronenbourg, dispositif central de la Police de sécurité du quotidien qui renforce la présence des forces de l’ordre sur le terrain et vient accroître le partenariat avec les acteurs du quartier, ainsi que de l’extension de celui de Meinau-Neuhof.


C’était une demande de votre part, et comme je vous l’avais indiqué en février (https://urlz.fr/eHXA) et en juin (https://fb.watch/31uIioN6pN/), j’avais interpellé les ministres de l’Intérieur successifs pour que le quartier Hautepierre-Cronenbourg, bénéficie d’effectifs de police supplémentaires.

Vendredi 15 janvier, Facebook Live / SPA de Strasbourg

La loi en concret | 13 janvier 2021

🐈🐕 On dit parfois qu’on peut juger de la grandeur d’une nation par la façon dont les animaux y sont traités.

Rendez-vous vendredi 15 janvier pour un Facebook Live avec la présidente de la SPA de Strasbourg sur la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale examinée en ce mois de janvier à l’Assemblée nationale.

En attendant retrouvez chaque jour une des mesures inscrites dans la proposition de loi.

Thème 1 : La mise en place d’un certificat de sensibilisation obligatoire lors de l’obtention d’un animal de compagnie

Votez pour ou contre ici


Projet de loi confortant les principes républicains et droit local

La loi en concret | 11 janvier 2021

Le droit local et national en Alsace-Moselle est le fruit d’un héritage historique particulier, et traite de nombreux aspects de notre vie quotidienne : droit des associations, statuts scolaire, régime des cultes…

Ce lundi 11 janvier, réunion de travail studieuse avec Thierry MichelsVincent Thiébaut • Député et Jean-Marie Woehrling, Président de l’Institut du Droit Local Alsacien-Mosellan, autour des incidences du projet de loi conférant les principes de la République sur ce droit, et notamment sur les associations cultuelles.

  • En savoir plus sur le projet de loi visant à conforter les principes de la République (accès)
  • Le projet de loi dans son intégralité (accès)

Réunions publiques

Divers | 8 janvier 2021

Le contexte sanitaire ne permet malheureusement pas la tenue de nos réunions publiques habituelles du mois de janvier.

Je vous proposerai en lieu et place des temps d’échanges sous d’autres formes et en ligne.

Pour rester informé des modalités de ces rendez-vous numérique, je vous invite à compléter le formulaire ci-dessous ou à m’écrire à l’adresse réunion-publique@brunostuder.fr

Que fait mon député lorsqu’il n’est pas sur Youtube ?

La loi en concret | 6 janvier 2021

Retrouvez l’intégralité de la bande dessinée ici.

Jusqu’au 25 décembre, j’ai publié sur mes réseaux sociaux un extrait de la bande dessinée « Que fait mon député lorsqu’il n’est pas sur Youtube ? » qui retrace le travail que j’ai mené sur la proposition de loi enfants influenceurs, définitivement adoptée en octobre dernier. 

❓ Pourquoi cette bande dessinée ?

Depuis mon élection, mon leitmotiv est d’expliquer aux citoyens comment un député travaille, avec quelles contraintes, pour quels résultats. 

J’ai donc proposé à Kokopello, dessinateur de bandes dessinées, d’illustrer le travail que j’ai mené pendant près de 2 ans pour faire aboutir le sujet de la protection des enfants influenceurs dans une loi, adoptée définitivement à l’Assemblée nationale en octobre dernier. 

De cette façon, vous verrez comment un sujet émerge, comment une loi s’écrit, comment elle est examinée et débattue. 

Vous verrez également à quel point le travail d’un député est collectif, fondé sur un travail d’équipe avec les assistants parlementaires et administrateurs de l’Assemblée nationale, issu d’échanges réguliers avec des associations et experts. 

**✍️ ** 

A propos de l’auteur des dessins, Kokopello 

Kokopello est dessinateur de presse et l’auteur de Palais Bourbon, une bande dessinée à paraître aux éditions Dargaud et le Seuil le 22 janvier 2021. 

Pour décrypter l’Assemblée nationale, il s’est glissé dans les pas de plusieurs députés, les accompagnant dans les couloirs feutrés du Palais-Bourbon, mais aussi sur les trottoirs de leur circonscription.

Focus sur la toute jeune Collectivité européenne d’Alsace

En circonscription | 4 janvier 2021

La CEA en chiffres

La collectivité européenne d’Alsace (CEA) est une réalité depuis le 1er janvier 2021. Elle répond à ce que l’on a souvent appelé le « désir d’Alsace ».

Avec mes collègues parlementaires de la majorité, nous nous sommes fortement impliqués dans ce projet qui a abouti le 25 juillet 2019 avec l’adoption à l’Assemblée nationale de la loi relative aux compétences de la Collectivité européenne d’Alsace.

Une collectivité unique !

La collectivité européenne d’Alsace est une nouvelle collectivité territoriale : elle a les compétences d’un département mais récupère en plus certaines compétences dévolues à la région ou à l’Etat. Sa création dote aujourd’hui l’Alsace d’une pleine capacité à agir en faveur de l’attractivité du territoire et de la vie quotidienne de ses habitants.

Quelles compétences pour cette nouvelle collectivité ?

En plus des compétences d’un département, elle se voit doter d’autres compétences nouvelles :

– L’action transfrontalière

Elle est au cœur des enjeux sociaux et économiques de l’Alsace et la place comme « chef de file de la représentation transfrontalière ».

– Les transports

La CEA se voit transférer la compétence sur 300 km du réseau routier national. Cela ouvre la possibilité d’instaurer une taxe poids lourds à l’échelle de l’Alsace.

– Le bilinguisme

Cette compétence, partagée avec l’Etat, lui permet, notamment, de mener une action éducative en allemand et en alsacien et de participer au recrutement des enseignants bilingues.

– L’attractivité touristique

La collectivité gère et anime désormais la « marque Alsace » tout en coordonnant sur son territoire les actions des différentes parties prenantes dans le domaine du tourisme.

– La culture et le sport

La nouvelle collectivité est en première ligne pour la préservation et la valorisation du patrimoine alsacien. Les fédérations sportives pourront s’organiser si elles le souhaitent à l’échelle alsacienne.

Le plan de relance : une opportunité pour les énergies renouvelables

Prises de parole | 2 janvier 2021

La transition énergétique est au coeur de nos préoccupations. Le plan de relance qui consacre pas moins de  30 milliards d’euros à la transition écologique comprend de nombreux volets pour construire une France plus « verte ».

Notre ambition va même plus loin : chaque axe du plan de relance doit apporter une contribution à la transition écologique.

Toutes les dimensions de la transition écologique sont prises en compte : la biodiversité, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’adaptation des territoires au changement climatique, le développement des circuits courts, l’économie circulaire et l’artificialisation des sols.

Une partie des mesures du plan de relance permettront quant à elles, une réduction directe des émissions de gaz à effet de serre comme les mesures de rénovation énergétique des bâtiments ou de décarbonation des sites industriels par exemple.  

Il s’agit également de développer de nouvelles technologies qui ont un potentiel de réduction massive des émissions à long terme. C’est le cas par exemple de l’hydrogène, qui pourra avoir des applications dans la production d’énergie décarbonée mais aussi dans les transports et dans l’industrie. 

Permettre à la France de se doter des capacités industrielles et technologiques pour atteindre la neutralité carbone en 2050, voilà notre objectif.

Géothermie à Vendenheim-Reichstett : on fait le point

En circonscription | 29 décembre 2020

Le 4 décembre 2020, les habitants de l’Eurométropole ont ressenti plusieurs séismes, le plus important de magnitude 3,59 sur l’échelle de Richter. Ce jour là, vous avez été nombreuses et nombreux à me faire part de vos craintes et de vos inquiétudes.

Dès la première série de secousses sismiques j’avais saisi, au mois de novembre, la Préfète du Bas-Rhin pour lui demander de confirmer la suspension de toute activité et de diligenter une nouvelle expertise. 

J’avais également pris contact avec les services de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement, et du Logement (DREAL) du Grand-Est qui sont en charge de ce dossier et avec qui j’avais pu évoquer la situation sur le plan technique. 

Ces évènements sismiques ont suscité énormément d’inquiétude et la poursuite de l’activité du site Fonroche de Vendenheim-Reichstett n’était plus  compatible avec les exigences de sécurité légitimes de nos concitoyens.

Elle ne l’était pas plus au regard du principe de précaution qui devait s’appliquer.

C’est la raison pour laquelle j’ai saisi le jour même, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili afin de lui demander l’arrêt définitif de toute activité sur le site de Fonroche de Vendenheim-Reichstett. Cet arrêt a été confirmé le 8 décembre par la Préfète du Bas-Rhin.

Est-ce pour autant la fin de la géothérmie en Alsace ?

La formation décidée d’un comité national d’experts sous l’égide du ministère de la Transition écologique et solidaire vise à consolider les connaissances scientifiques sur les techniques de la géothermie profonde afin de ne pas sonner le glas de l’exploitation de cette source d’énergie très propre qui n’émet quasiment pas de CO2 et au contraire, d’en développer les techniques et la sécurité.

Le bassin rhénan dispose d’un réel potentiel qu’il est possible de mettre en valeur. Ce potentiel est déjà exploité avec succès par Électricité de Strasbourg sur les sites de Rittershoffen et Soultz-sous-Forêts. 

D’autres projets dans le département pourraient redémarrer à l’avenir quand nous aurons une meilleure connaissance de cette technique et des risques qui y sont liés.

Principe de précaution :
de quoi parle-t-on ?


Il est défini comme le principe « selon lequel l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement.»


Il est de ce fait un principe d’action qui autorise les pouvoirs publics à prendre les mesures nécessaires pour faire face à d’éventuels risques alors même que l’on ne dispose pas des connaissances suffisantes pour établir l’existence réelle de ces risques.

[Droit local d’Alsace et de Moselle]

Prises de parole | 9 décembre 2020

C’est avec surprise que j’ai appris la semaine dernière que les associations dont le siège social est domicilié dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de Moselle se voient priver de l’outil de collecte des fonds et des dons prévus par Facebook car elles ne sont pas reconnues par la loi de 1901.


J’ai donc écrit deux courriers


▶️ comme président de la Commission des Affaires culturelles, à Facebook France, pour demander de prendre les mesures nécessaires pour garantir aux associations d’Alsace-Moselle, les mêmes droits que celles qui sont régies par la loi de 1901.


▶️ comme député du Bas-Rhin au Ministre de la Justice pour attirer l’attention sur la nécessité de la mise en place d’un registre informatisé par les services du ministère de la Justice, dédié aux associations domiciliées en Alsace-Moselle avec 7 de mes collègues d’Alsace-Moselle

Mon communiqué de presse sur le sujet


En savoir plus sur le sujet

Article de Rue 89 Strasbourg :
Article de France Bleu Alsace
Article des DNA
Article de l’UFC que Choisir

Sismicité induite : demande d’arrêt définitif

En circonscription | 4 décembre 2020

De nouveaux séismes induits ont été ressentis ce jour dont l’un en début de matinée atteignant 3,5 sur l’échelle de Richter. Il s’agit du plus fort tremblement de terre enregistré depuis le début des forages géothermiques dans l’Eurométropole de Strasbourg.

L’inquiétude des riverains et des élus grandit après ce nouvel événement dont l’origine se trouve une nouvelle fois dans l’activité de la centrale géothermique de Fonroche de l’écoparc Rhénan de Vendenheim-Reichstett.Je partage cette inquiétude.

Les conditions d’une poursuite de l’activité du site ne sont aujourd’hui plus réunies et l’activité sismique de ces dernières semaines n’est nullement compatible avec les exigences de sécurité légitimes des habitants.

C’est pour cette raison que j’ai saisi la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili afin de lui demander de s’assurer de l’arrêt définitif de toute activité sur le site de Fonroche de Vendenheim-Reichstett.

Malgré le potentiel offert par la géothermie, la sécurité des riverains doit être la seule priorité.

Consultations : pour un nouvel an festif et respectueux

En circonscription | 4 décembre 2020

Renouveler les pratiques démocratiques était un engagement de campagne en 2017. Etablir les conditions d’un dialogue nourri avec les habitants de la circonscription est un engagement permanent. 

Après la nuit de la Saint Sylvestre de l’année passée, j’ai souhaité organiser une consultation publique, une « convention citoyenne » sur le sujet. Réunions publiques, entretiens bilatéraux ou encore tables-rondes ont permis à tous ceux qui le souhaitaient de participer.  

Vous trouverez dans ce dossier un compte-rendu de ces travaux.  J’espère que celui-ci sera fidèle à la richesse et la diversité des échanges. 

Les mesures déja prises (sur les pétards ou feux d’artifices) étaient sans doute un préalable nécessaire à ce que nous devons tous appeler de nos voeux : la désescalade. Elle doit nous permettre de retrouver une Saint-Sylvestre joyeuse, festive et respectueuse. En deux mots : libre et responsable.

J’ai remis le 4 décembre, à la suite d’une réunion de travail sur la sécurité du Nouvel an, les résultats de nos travaux à la Préfète du Bas-Rhin et à la Directrice départementale de la Sécurité publique du Bas-Rhin.

Valéry Giscard d’Estaing, le choix d’une démocratie adulte et apaisée

Divers | 3 décembre 2020

Après le général De Gaulle et Georges Pompidou, incarner la France était un défi. Valéry Giscard d’Estaing avait su le relever, à sa façon, avec modernité. Tout le monde a évidemment en tête son engagement pour le droit des femmes (IVG, divorce par consentement mutuel) et pour la jeunesse (vote à 18 ans).On se rappelle moins de son engagement pour une démocratie adulte et apaisée, en France comme en Europe.

Une démocratie adulte et apaisée en France

Attaché à la fonction du parlement, il accorda le droit à 60 députés ou sénateurs de saisir le Conseil constitutionnel. Cela peut paraître abstrait, surtout au regard des réformes sociétales qu’il a engagées, et pourtant c’est fondamental pour l’Etat de droit et les droits de l’opposition en France. A l’époque, seuls le président de la République, le premier Ministre, les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, qui étaient généralement du même bord politique, avaient la possibilité de demander au Conseil constitutionnel de vérifier qu’une loi votée était bien conforme à notre droit fondamental (déclaration des droits de l’homme, constitution). Donner la possibilité à 60 parlementaires, et donc à l’opposition, permettait un meilleur rempart à la toute-puissance majoritaire, et de s’assurer que la loi respecte bien la constitution.

Le choix d’une Europe politique et citoyenne

Aussi bizarre que cela puisse nous sembler aujourd’hui, avant le sommet de Paris de 1978, les eurodéputés n’étaient tout simplement pas élus au suffrage universel direct, mais désignés par les parlementaires nationaux.

Grâce à l’engagement de Valéry Giscard d’Estaing, le sommet de Paris a permis de procéder aux premières élections au suffrage universel en 1979, donnant une place aux citoyens dans l’Union Européenne, lui conférant une véritable légitimité démocratique, et donc un avenir.

Allocution du Président de la République – 24 novembre 2020

Coronavirus | 25 novembre 2020

Tel qu’il s’y était engagé le 28 octobre dernier, le Président de la République s’est exprimé hier soir pour rendre compte aux Français de l’évolution de l’épidémie et des décisions actées en conséquence.

Si plusieurs facteurs montrent aujourd’hui que « le pic de la seconde vague épidémique est passé » (recul du nombre de cas journaliers, baisse des patients Covid hospitalisés, baisse des patients covid admis en réanimation), le Président de la République a appelé à la prudence. Le virus circule toujours fortement et la situation de plusieurs régions reste préoccupante.

Face à cette situation, le Président de la République a tenu à fixer un cap, un calendrier et des perspectives pour donner à tous les citoyens une visibilité sur les prochains mois.

A partir du samedi 28 novembre matin : 

  • Autorisation des déplacements pour motif de promenade dans un rayon de 20 kilomètres et pour trois heures. Toutefois, le système de l’attestation et le confinement adapté resteront en vigueur.
  • Les activités extra-scolaires en plein air seront à nouveau autorisées.
  • Réouverture de tous les commerces dans le cadre d’un protocole sanitaire strict, jusqu’à 21h au plus tard. 
  • Pour les cultes, les offices seront à nouveau permis dans la limite de 30 personnes.

A partir du 15 décembre :

Ce qui pourra changer, à la condition que les objectifs sanitaires soient atteints et toujours selon des protocoles stricts :

  • Levée du confinement : autorisation des déplacements y compris entre les régions. Un couvre-feu sera mis en place de 21h à 7h du matin partout sur le territoire, avec une exception les soirs des 24 et 31 décembre. 
  • Reprise des activités extrascolaires en salle pour l’accueil des enfants durant les fêtes.
  • Reprise de l’activité des salles de cinéma, théâtres, musées. Le couvre-feu étant à 21h, une souplesse sera accordée pour le retour d’une séance de cinéma ou d’un spectacle, le ticket faisant foi. A cet égard, le Président de la République a redit ce soir son soutien à tous les acteurs de la culture « qui ont tenu, qui ont créé, innové, su trouver de nouveaux publics dans ce contexte si difficile ».

Des contraintes fortes demeureront toutefois :

  • Interdiction des grands rassemblements et des évènements festifs.
  • Maintien de la fermeture des lieux susceptibles de rassembler un grand nombre de personnes (parcs d’attraction, parcs d’exposition etc.), des bars, des restaurants, des discothèques. Des décisions relatives aux stations de sports d’hiver seront prises prochainement.
  • Limitation du nombre d’adultes rassemblés dans un endroit clos au maximum.

A partir du 20 janvier :

  • Décalage du couvre-feu et réouverture des restaurants et des salles de sport, si les objectifs sanitaires sont tenus.
  • Reprise des cours en présentiel pour les lycées et, quinze jours plus tard, pour les universités.

Ces annonces constituent le socle de la confiance que le chef de l’Etat entend établir avec l’ensemble des citoyens. C’est grâce aux efforts et à l’esprit civique dont ont fait preuve les Français que l’épidémie a pu être freinée.

Cet horizon, ce cap fixé par le Président doit nous permettre de poursuivre les objectifs suivants :

  • Assurer un équilibre entre santé, économie et éducation
  • Avoir une cohérence commune dans l’application des mesures et adapter la réponse aux territoires, en particulier pour nos Outre-mer où des plans spécifiques par territoire seront prévus.
  • Permettre à chacun de trouver une part de respiration dans cette période difficile qui dure tout en évitant les situations où le virus se propage le plus (les rassemblements, les lieux de brassage de public, etc.).

Le Président de la République a salué l’esprit de responsabilité des citoyens français et les a appelés à continuer à prendre toutes les précautions nécessaires pour limiter la propagation du virus (gestes barrières, masques, etc.).

La stratégie « tester, alerter, protéger, soigner » est plus que jamais d’actualité :

  • Tester plus rapidement (tests PCR en moins de 24h et antigéniques en 30 minutes) ;
  • Alerter grâce à l’application TOUSANTICOVID, téléchargée plus de 10 millions de fois, qui permettra demain d’apporter une aide aux commerces, lieux de culture et restaurants à leur réouverture ;
  • Protéger : le Gouvernement et le Parlement doivent prévoir les conditions pour s’assurer de l’isolement des personnes contaminées, y compris de manière plus contraignante. Outre les services de l’Etat, cette nouvelle stratégie associera les maires et les associations concernées.
  • Soigner : améliorer la prise en charge des patients et le traitement dès le diagnostic.

Le Président de la République a enfin dressé un plan clair sur la stratégie vaccin qui constitue aujourd’hui une « formidable lueur d’espoir ». Les vaccins de première génération seront disponibles d’ici la fin décembre, début janvier et une seconde génération arrivera au printemps. L’Etat est mobilisé depuis plusieurs mois sur la question des vaccins :

  • Commande de doses par le biais de l’UE et répartis en fonction de la population de chaque Etat même.
  • Pas d’obligation de vaccination.
  • Le suivi de la vaccination sera assuré dans la plus grande transparence par un comité scientifique et un collectif de citoyens sera également mis en place à cette fin.
  • Campagne de vaccination rapide et massive en 2 phases dont les recommandations seront bientôt présentées par la Haute autorité de santé. Les modalités pratiques seront définies par les autorités sanitaires avec l’Etat, les collectivités locales, les hôpitaux, les maisons de retraite et l’ensemble des médecins de villes. Seront prioritaires pour la première phase, les personnes fragiles/âgées, puis les vaccins seront déployés largement dans un deuxième temps.

Sur le plan économique

Pour faire face à la crise économique et sociale qui va vraisemblablement encore s’aggraver, le Président de la République a annoncé la poursuite de la stratégie du « quoi qu’il en coûte », et la création, dès les prochains jours, de nouvelles aides.

  • Maintien et renforcement significatif des dispositifs existants : chômage partiel pour les salariés, aides ponctuelles pour les plus précaires, mesures pour les entreprises et les indépendants (prêts garantis par l’Etat, annulations et reports de charge, augmentation du fonds de solidarité).
  • Mise en place de nouvelles aides : tous les établissements qui resteront fermés administrativement (bars, restaurants, salles de sport) se verront verser, quelle que soit leur taille, 20% de leur chiffre d’affaires (année 2019) si cette option est préférable pour eux aux 10 000 euros du fonds de solidarité.

« Toute crise comporte une part de progrès, une part d’espérance »

Le Président de la République a souligné les avancées et les apprentissages rendus possibles par la crise : un Etat plus efficace pour faire face à l’urgence, sanitaire comme économique ; la transformation collective de l’hôpital et du système de soin, le rôle du numérique pour rapprocher commerçants et citoyens dans les territoires, continuer à travailler, à apprendre, à soigner.

Enfin, le chef de l’Etat a fait part de sa détermination et de sa confiance dans l’avenir de notre pays : « Aujourd’hui, nous tenons ensemble. Demain, nous vaincrons ensemble. »