Inauguration de la Villa Saint-Louis Ndar

Divers | 17 juin 2019

Samedi 14 juin, je me suis rendu à Saint-Louis du Sénégal pour représenter le président de la République, Emmanuel Macron, à l’inauguration de la Villa Saint-Louis Ndar. Espace pluridisciplinaire de recherche et de création artistique, c’est la première villa de ce type à voir le jour sur le continent africain.

Festivités à l’occasion de l’inauguration de la Villa Saint-Louis Ndar.

Initiée par l’Institut français du Sénégal et par le président de la République, elle accueillera simultanément 3 artistes ou chercheurs africains, français ou francophones, pour des résidences de 1 à 3 mois, dans une logique d’échange interdisciplinaire entre arts numériques, arts plastiques, spectacle vivant, écriture et recherche, et de responsabilité sociale vis-à-vis des publics et des artistes locaux.

Inauguration de la Villa Saint-Louis Ndar, en présence du ministre de la Culture sénégalais.

À cette occasion a également été officiellement lancé le programme Afrique Créative, programme d’incubation et de renforcement des capacités d’entreprenariat culturel. Financé par l’Agence française de développement et mis en œuvre par le consortium international Africalia, Afrique Créative soutiendra le développement des acteurs des industries culturelles et créatives sur le continent africain, en proposant un accompagnement financier adapté, une assistance technique et un renforcement des capacités.

A Saint-Louis, je me suis aussi rendu à l’école française Saint-Exupéry, un établissement conventionné par l’AEFE qui accueille plus de 130 élèves issus de nombreuses nationalités. J’ai pu discuter avec l’équipe de direction de leur cadre de travail et des difficultés auxquelles ils peuvent faire face. Les établissements français à l’étranger jouent un rôle essentiel pour la continuité de la scolarité des expatriés, mais aussi pour le rayonnement éducatif et culturel de la France dans le monde.

École française Saint-Exupéry, à Saint-Louis du Sénégal.

J’ai profité de ce court déplacement pour visiter le musée des civilisations noires de Dakar, ouvert il y a quelques mois, ainsi que le musée Théodore-Monod d’art africain, deux institutions centrales dans le contexte de l’émergence de nouvelles politiques patrimoniales en Afrique.

Musée des civilisations noires et musée de l’IFAN à Dakar.

Enfin, j’ai pu me rendre compte des défis sociaux et environnementaux auxquels le Sénégal doit faire face : la brèche ouverte dans les dunes de la langue de Barbarie, à Saint-Louis, a entraîné une érosion du littoral qui menace des villages entiers et des écosystèmes exceptionnels. J’ai également été frappé par la présence envahissante des déchets plastiques, un enjeu majeur qui sera, en France, au cœur du futur projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire.

Réunions publiques du mois de juin

En circonscription | 7 juin 2019

C’était un engagement de campagne : venir vous rencontrer tous les 6 mois pour vous rendre compte de mon travail, répondre à vos questions et écouter vos commentaires et propositions.

Je vous donne donc rendez-vous à :

Cronenbourg

Jeudi 13 juin à 20h00
Salle Saint-Sauveur
6 rue Jacob à Strasbourg

Schiltigheim

Lundi 17 juin à 20h00
Salle Kléber
119 route du Général de Gaulle à Schiltigheim

Bischheim

Jeudi 20 juin à 20h00
Salle Saint-Laurent
2a rue Saint-Laurent à Bischheim

La Robertsau

Lundi 24 juin à 20h00
Salle des Fêtes, tour Schwab
42 rue de l’Ill à Strasbourg

Hoenheim

Jeudi 27 juin à 20h00
Salle des Fêtes
Rue des Vosges à Hoenheim

Souffelweyersheim

Vendredi 28 juin à 20h00
Ecole maternelle les Coquelicots
18 allée des Peupliers à Souffelweyersheim

Reichstett

Lundi 1er juillet à 20h00
Salle des Fêtes
Place du Gymnase à Reichstett

Bilan des réunions d’échange

En circonscription | 23 janvier 2019

15 heures d’échanges et plus de 400 personnes réunies. C’est le bilan des sept réunions d’échange que j’ai organisé ce mois de janvier dans la 3èmecirconscription du Bas-Rhin.

Comme tous les six mois et conformément à l’engagement pris avant mon élection en juin 2017, je me suis rendu durant ce mois dans l’ensemble des quartiers et villes de la circonscription. 

Ces réunions d’échanges poursuivent un double objectif : rendre compte du travail qui a été fait et répondre aux questions posées mais aussi écouter les commentaires et propositions qui peuvent être formulés.

En effet, après une présentation du bilan de mon action et celle de la majorité, une large place a été laissée aux échanges. Des échanges qui se sont parfois poursuivies tard dans la soirée. 

Il y avait un vrai dynamisme lors de ces réunions publiques, ce qui est révélateur du besoin qu’ont les citoyens de pouvoir échanger avec leurs élus. Nous devons aujourd’hui fournir des espaces de dialogue réguliers avec les habitants pour favoriser le débat démocratique.

Le débat a en effet été riche et vivant, et les sujets abordés nombreux. Parmi les thèmes les plus souvent évoqués : la fiscalité (impôts sur le revenu, taxe d’habitation, CSG), la transition écologique ou encore la réforme de l’État et des Institutions (rôle du Parlement, réduction du nombre de parlementaires).

La démarche a été saluée par de nombreux participants venant d’horizons divers, y compris par ceux ayant parfois pu exprimer des désaccords de fond.

Dans cet intervalle, j’encourage les habitants de ma circonscription à participer au Grand Débat National pour poursuivre la réflexion entamée et débattre des questions essentielles pour notre pays.

Enseignement bilingue

Divers | 12 octobre 2018

Saisi par des citoyens à de multiples reprises de ce qui pouvait apparaitre comme des dysfonctionnements dans l’enseignement bilingue paritaire dans le Bas-Rhin, j’ai souhaité lancer une consultation auprès des parties prenantes, en me concentrant plus particulièrement sur l’enseignement du premier degré.

L’évaluation des politiques publiques est un des rôles du député parfois méconnu. Il m’apparait essentiel de décliner cette mission dans nos territoires et en particulier quand les citoyens nous interpellent sur certains sujets.

Ce rapport est le fruit de ces nombreuses consultations réalisées auprès des associations, fédérations, institutions, cosignataires des conventions portant sur la politique régionale plurilingue, etc.

L’enseignement bilingue est un sujet de grande importance pour notre territoire, de par son histoire et sa proximité géographique et économique avec l’Allemagne et la Suisse, auquel je suis particulièrement sensible en tant que député du Bas-Rhin mais aussi en tant que président de la Commission des Affaires culturelles et de l’Education à l’Assemblée nationale.

Outre une description du contexte et du constat, le rapport comprend 8 propositions pour aboutir à une politique publique de l’enseignement bilingue plus efficace.

Parmi celles-ci, l’évaluation de cette politique publique, aujourd’hui insuffisamment évaluée, est la proposition prioritaire. Différentes pistes sont également proposées pour mieux gérer les ressources humaines, élément critique dans la mise en œuvre de cette politique.

Ce rapport est également remis à Monsieur Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Education Nationale et à Madame Jacqueline Gourault, Ministre auprès du Ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et en charge de la concertation sur l’avenir institutionnel de l’Alsace, avec laquelle j’ai pu échanger sur le sujet de l’enseignement bilingue.

Vous pouvez télécharger le rapport en cliquant sur le lien ci-dessous :

Rapport de Bruno STUDER sur l’enseignement bilingue – 10 2018

Au boulot à vélo !

En circonscription | 12 juin 2018

Les Maires de la 3ème circonscription du Bas-Rhin se sont donnés rendez-vous ce matin à l’initiative du Député Bruno Studer pour une opération « Au boulot à vélo » afin d’inviter les habitants du nord de l’Eurométropole à relever le défi.

Le challenge « Au boulot à vélo » qui se déroulera du 11 au 24 juin a été créé par le CADR67 en 2009 en partenariat avec l’Eurométropole de Strasbourg. Cet événement festif vise à encourager l’usage du vélo sur les trajets domicile-travail et les trajets professionnels.

Il était important pour les élus d’envoyer ce signal à leurs concitoyens pour les inviter à adopter ce mode de transport qu’ils utilisent déjà largement eux même.

Pour Danielle Dambach, maire de Schiltigheim c’était une évidence de promouvoir le vélo qu’elle utilise quotidiennement pour ses trajets.

Il en va de même pour Jean-Louis Hoerle, maire de Bischheim, grand adepte du Velhop électrique et Pierre Perrin qui en a d’ailleurs récemment fait la promotion dans sa commune de Souffelweyersheim.

Vincent Debes et Georges Schuler ne sont pas en reste puisqu’il n’est pas rare de croiser ces deux cyclistes aguerris en vélo de course ou à VTT sur les bans de Hœnheim ou de Reichstett et au-delà.

Quant à Bruno Studer, il a été dans ses précédentes fonctions le référent vélo au sein de son établissement et comptabilise aujourd’hui plus de 2000km parcourus à vélo depuis le début de son mandat de député.

Votre député !

En circonscription | 10 juin 2018

 

Bruno Studer

Député de la 3ème circonscription du Bas-Rhin Président de la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation

Bruno Studer est né le 18 juin 1978 à Colmar. Il est professeur d’histoire-géographie dans un collège à Strasbourg situé en réseau d’éducation prioritaire et Député (LaREM) de la 3ème circonscription du Bas-Rhin depuis le 18 juin 2017. Il a été élu le 27 juin 2017 Président de la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation.

Après un premier cursus au Conservatoire royal de Bruxelles, Bruno Studer poursuit une formation universitaire en Géographie à Arras (1996-2000) puis intègre l’IUFM de Nancy (2000-2002). Il commence sa carrière d’enseignant en 2002 dans un collège de Liverdun (Meurthe-et-Moselle) avant de passer une année d’enseignement à Leverkusen en Allemagne en tant que professeur invité. Après cette expérience outre-rhin il intègre le lycée Robert Schuman à Metz jusqu’en 2006 puis la section « Abibac » du lycée Jeanne d’Arc à Nancy de 2006 à 2011.

En 2011, il est admis dans le cursus Prep’ENA à l’IEP de Strasbourg où il suit des formations en finances publiques, droit public et droit européen.

En 2013, il demande à intégrer un établissement se situant en réseau d’éducation prioritaire et rejoint le collège Sophie Germain à Strasbourg où il enseigne jusqu’en juin 2017.

En politique, Bruno Studer est d’abord engagé à l’UDI avec lequel il a fait campagne pour les municipales de 2014 à Strasbourg. En avril 2016 il adhère au mouvement En Marche et devient coordonnateur de la Grande Marche dans le Bas-Rhin. Il est ensuite nommé référent départemental par Emmanuel Macron.

Photo de Bruno Studer
Photo de Axelle Benamran

Axelle Benamran

Suppléante

Axelle Benamran est chef d’entreprise et dirige un cabinet de Conseil Stratégie & Innovation RH. De formation initiale en Droit des Affaires, elle a également développé un engagement associatif important. Engagée auprès de la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), elle est aussi membre fondateur d’ANTICOR (association de lutte contre la corruption politique) et a tenu la vice-présidence de Radio Judaica à Strasbourg pendant 5 ans. Également conférencière et animatrice radio, elle est mère de deux enfants et vit à Schiltigheim.

Croissance et transformation des entreprises : participons à la discussion !

Divers | 17 janvier 2018

Dans le cadre de la préparation du Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises, le Ministère de l’Économie et des Finances vient d’inaugurer la plateforme de consultation #PACTE. Celle-ci est accessible jusqu’au 5 février à l’adresse https://www.pacte-entreprises.gouv.fr.

La consultation en ligne prolonge et élargit les débats et auditions réalisés par le Ministère et les députés, dans une logique de co-construction de la loi avec tous les acteurs concernés. Le plan d’action ambitionne de donner aux entreprises les moyens d’innover, d’exporter et de créer des emplois, mais aussi de repenser la place de l’entreprise dans la société par une plus grande association des salariés.

La consultation s’articule autour de 9 grands thèmes, notamment Financer, Innover, Exporter et Transmettre. Dans chacune de ces rubriques apparaissent les propositions émises par le Ministère, les acteurs économiques et sociaux et des citoyens. Les contributeurs peuvent exprimer leur accord ou leur désaccord sur une proposition et apporter des arguments pour et contre celle-ci.

J’invite tous les acteurs économiques à découvrir dès à présent cette plateforme de consultation en ligne et à prendre part à ces discussions, par des avis et des propositions. Les spécificités et les perspectives critiques de chacun ne manqueront pas d’apporter une contribution essentielle au débat.

Par ailleurs, dans la même dynamique de co-construction des politiques publiques, le mouvement La République en Marche ! propose à tous les acteurs économiques de participer à deux enquêtes portant sur des enjeux majeurs de la vie de nos entreprises : l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, et la question de l’apprentissage et de la formation professionnelle. Cette dernière consultation sera clôturée le 18 janvier.

 

Circuits courts et manger local

Divers | 24 décembre 2017

Lors de la réunion publique organisée en octobre dernier au « Lokal de la 3 » dans le cadre des états généraux de l’alimentation, les échanges ont beaucoup tourné autour des circuits courts, du « manger local » et de la pratique des « paniers ». Le principe est simple : les paniers de maraîchers consistent en un contrat entre un consommateur et un producteur local pour la fourniture régulière de fruits, de légumes et d’autres produits frais.

La fourniture de paniers par des associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) s’accompagne d’engagements de la part du producteur et du consommateur en matière d’environnement, de lien social et de partage de la valeur. L’adhésion à une AMAP signataire de la charte des AMAP garantit le respect de ces engagements.

Les paniers AMAP visent en effet un juste prix pour tous : prix équitable garantissant un revenu décent aux agriculteurs, pas de surcoût pour le consommateur car tout ce qui est produit est consommé : pas de sélection selon la taille ou l’aspect, tout se mange ! Des dispositifs de mensualisation des encaissements ou des tarifications sociales sont parfois proposés.

Les AMAP promeuvent une gestion environnementale responsable, par des méthodes agronomiques telles que l’agriculture biologique, qui garantissent des produits sains. La sécurité financière induite par l’abonnement permet aux agriculteurs de proposer d’autres variétés et de protéger ainsi la diversité agricole régionale. Enfin, la mise en valeur d’une production locale diminue les kilomètres parcourus, et donc l’empreinte environnementale.

La logique du « manger local » possède aussi une dimension citoyenne qui valorise le travail des agriculteurs : favoriser l’emploi local, renouer le dialogue entre les villes et leurs campagnes, expliquer (en particulier aux plus jeunes) le travail de la ferme et comment les denrées arrivent de la terre jusqu’à notre assiette.

En souscrivant à un panier de maraîcher, il ne s’agit pas seulement de « faire ses courses, » mais de faire des choix économiques, sociaux et environnementaux à travers nos modes de consommation.

 

http://www.dailymotion.com/video/xlgedw

Le circuit court AMAP : Nantes, agriculture biologique à la ferme

 

http://www.reseau-amap.org/amap-departement.php?departement=67

Carte des AMAP du département

Le travail en commission : nous construisons ensemble !

En commission | 24 décembre 2017

Le 29 juin dernier, j’ai eu l’honneur d’être élu Président de la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation par mes collègues. Reconnaissant de la confiance qui m’a été accordée mais aussi conscient des réformes à mener, j’ai immédiatement engagé le travail au sein de cette instance.

Depuis le début de la législature, j’ai rencontré les principaux acteurs des domaines éducatif et culturel afin d’obtenir un état des lieux objectif de la situation.

Nous avons reçu Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Éducation nationale, afin de parler des mesures prises pour la rentrée 2017, ainsi que Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation que nous avons pu interroger sur les dysfonctionnements dans l’orientation des bacheliers et qui est revenue tout récemment nous présenter son Plan Étudiants.

Françoise Nyssen, Ministre de la Culture, est venue présenter à la Commission sa feuille de route pour les prochains mois. Nous avons pu lui demander plus de précisions concernant le « Pass Culture », l’éducation artistique et culturelle et sur un sujet qui me tient à cœur, l’éducation aux médias.

Enfin, Laura Flessel, Ministre des Sports, est venue nous indiquer les grands axes de son action durant le quinquennat.

Démocratie ouverte, kézako ?

Prises de parole | 24 décembre 2017

Depuis le début de la législature, le gouvernement place les principes de démocratie ouverte au cœur de son mode de prise de décision. Mais que signifie exactement ce terme que l’on entend dans toutes les bouches ?

La démocratie ouverte est une doctrine de gouvernance fondée sur les principes de transparence, de participation citoyenne et de de collaboration en vue d’une meilleure efficacité et d’une plus grande responsabilité de l’action publique.

La démarche de demander leur avis au plus grand nombre est une illustration concrète de démocratie ouverte. Ces derniers mois, le gouvernement a initié plusieurs consultations publiques en ligne pour recueillir l’avis d’un maximum de citoyens, qu’ils soient experts, professionnels, usagers ou consommateurs.

La plateforme des états généraux de l’Alimentation, par exemple, a attiré plus de 25.000 participants citoyens, institutions, entreprises, et associations) ; ceux-ci ont produit 17000 contributions qui ont recueilli plus de 160000 votes.

Alimentation, mobilité, numérique, gouvernance : toutes les politiques publiques se prêtent à cet exercice de consultation, révolutionnaire par son échelle, sa fréquence et son ampleur. L’exercice ne s’arrête pas là, il est bien destiné à s’inscrire durablement dans l’actualité politique française.

L’agenda des consultations en cours :